Google dans le déni

Le post de blog publié jeudi dernier par Google est, malheureusement, une tentative supplémentaire de détourner l’attention des conséquences dévastatrices de sa pratique qui consiste à privilégier ses propres produits sur le marché en ligne, en reprenant à nouveaux de nombreux anciens arguments que la compagnie nous a déjà servi.

La Commissaire Vestager a clairement expliqué qu’à son sens, le fait que Google privilégie systématiquement son propre service de comparaison d’achats en ligne, ainsi que le fait qu’il rétrograde ses concurrents, sont une atteinte aux règles européennes de la concurrence. Mais, en dépit du travail et des analyses menés par la Commission – et d’autres – pendant de nombreuses années, Google refuse toujours d’accepter les effets de sa conduite anti-compétitive.

Si Google croit sincèrement « dans l’intérêt de promouvoir le choix de l’utilisateur et la libre concurrence », et dans la force de ses arguments, nous l’exhortons de défendre son cas devant la Commission et les plaignants à l’occasion d’une audience.

La décision est entre les mains de Google, mais tenir une audience pourrait fournir une opportunité unique à Google de présenter ses arguments de défense dans leur intégralité et aux plaignants et autres parties prenantes de mettre en avant leur point de vue. Nous croyons depuis longtemps que la transparence ainsi qu’un débat constructif sont dans l’intérêt de tous, et qu’une audition orale est une étape importante pour s’assurer qu’un tel débat ait lieu.

Nous sommes impatients d’aider la Commission à porter cette affaire et à trouver des solutions solides et réalisables sur le long-terme pour remédier aux nuisances causée par les pratiques anti-concurrentielles de Google. Les membres d’ICOMP, qui représentent une large gamme d’intérêts dans la sphère numérique, s’assureront que des solutions efficaces soient rapidement trouvées.